La Chapelle Saint Antoine

La chapelle

C’est la chapelle “dite des capucins”, au n° 10 rue de la Citadelle (près de la gare, dans le quartier de la Citadelle). La chapelle fut pendant les longues années de présence des frères capucins en ce lieu, un pôle de fraternité et de spiritualité pour les habitants du quartier et de nombreux fidèles de la ville de Bourg.

La Chapelle Saint-Antoine de Padoue dépend de la paroisse Notre-Dame. Sa bénédiction solennelle, suite au départ des capucins, eut lieu le 15 juin 2008, en reprenant ainsi son nom d’origine.

 

     • Une Messe est célébrée chaque samedi à 18h30 [Messe anticipée]et chaque mercredi à 19h00.

        Diverses célébrations peuvent s’y dérouler, groupe de prière, baptêmes, enterrements, mariages, …

 

     • La fête patronale est le dimanche le plus proche de la Saint Antoine, le 13 juin.

 

      D'autres célébrations peuvent s'y dérouler (mariage, funérailles,…)

 

-> Pour tout renseignement, contacter la paroisse Notre-Dame.

 

 

Historique

Cette chapelle date de 1830. Édifiée alors par les Frères Saint-Jean de Dieu, elle eut au fil des événements différents propriétaires, différentes fonctions. Ceci jusqu’en 1936, date à laquelle les frères capucins revinrent enfin officiellement à Bourg d’où ils avaient été chassés lors de la Révolution. Différentes tentatives de réinstallation de leur part à Bourg avaient entre temps échoué ; mais, en 1936, suite aux démarches faites par Monseigneur Beguin, ils firent l’acquisition de la maison Sainte Clotilde (maison pour sœurs âgées et dames pensionnaires). Ils dédièrent alors la Chapelle de cette maison à Saint-Antoine, car l’appellation “Chapelle Saint-François” était déjà attribuée à la chapelle à Bel-Air, dont ils avaient d’ailleurs assuré discrètement la desserte à la fin du 19ème siècle.

Située rue de la Citadelle, ainsi nommée pour rappeler une citadelle, le fort Saint Maurice, qui a existé à ce lieu de 1569 à 1612. Par la suite, sur ce lieu furent installés des capucins, le reste appartenant à des particuliers.

Les lazaristes [1711 - 1791]

Cet ensemble de maisons sur lequel se trouve maintenant la chapelle fut vendu aux lazaristes en 1711. Ils ne construisirent pas de chapelle, mais en aménagèrent une dans la maison. D’après l’inventaire de 1790, elle était simplement ornée, et ne contenait qu’un calice en argent comme objet de valeur. ,Le clos des lazaristes fut vendu par la nation, en 1791 à un particulier. La maison fut donc simplement habitée par des particuliers jusqu’en 1825.

La maison saint Raphaël [1825 - 1834]

L’établissement du nouveau diocèse de Belley en 1823 et l’ouverture du grand séminaire à Brou nécessita le déplacement des aliénés qui y étaient logés. Le département acheta le clos des lazaristes, pour y établir cet asile d’aliénés, et le confia en 1825 aux frères de Saint Jean de Dieu qui le nommèrent maison saint Raphaël.

Ce sont les frères qui ont construit la chapelle en 1830, ainsi qu’en témoigne la date au-dessus de l’entrée.

L’asile saint Lazare [1834 - 1861]

Les frères manquant de vocations ne purent plus s’occuper de l’asile et le département le confia aux sœurs de saint Joseph qui l’appelèrent asile saint Lazare. Devant le nombre croissant et de malades, et l’humidité du lieu, le département céda le terrain aux sœurs en 1854, afin qu’elles transfèrent les malades dans un hôpital. Ce fut l’hôpital saint Georges.

Maison Sainte Clotilde [1861 - 1936]

Les lieux servirent alors comme maison de retraite pour les sœurs de saint Joseph. Elle se nommait maison sainte Clotilde.

Les capucins de Bourg [1936 - 2007]

Les capucins sont retournés à Bourg en 1880 et l’évêque Mgr Soubiranne, leur a confié la chapelle de Bel Air, actuellement la chapelle saint François au Sacré Cœur.A nouveau chassés après la séparation de l’Eglise et de l’état, ils ne revinrent à Bourg qu’en 1936. Les sœurs de saint Joseph leur cèdent une partie du clos sainte Clotilde, dont la chapelle qui devient alors un centre religieux pour le quartier. Les frères construisent alors leur couvent dont la pierre à l’entrée de la chapelle garde le souvenir : « Maison du tiers ordre de saint François 7 Septembre 1947 ». Cette pierre était dans un pilier à l’entrée du couvent.

L’ensemble de la chapelle était assez délabré et les capucins l’ont peu à peu réparé. Le plafond de bois et les vitraux ont été installés par leur soin. Le patronage de saint François ayant été donné à la chapelle de Bel Air, c’est saint Antoine de Padoue qui fut choisi pour la chapelle. Après avoir été depuis 1990 le noviciat francophone des capucins, la maison a du fermer en 2007. Les quatre derniers frères âgés et malades quittèrent Bourg au printemps.

La chapelle saint Antoine [2007 - …]

Le clos des capucins a été racheté par l’office des HLM de la ville de Bourg, puis détruit en Octobre 2010. Mais la chapelle a été donnée par les capucins au diocèse. Elle a repris son nom de chapelle saint Antoine et est desservie par un prêtre de la paroisse Notre Dame.

La date de 1356 peinte sur le balcon de la tribune est la date de la fondation à Bourg du couvent des cordeliers (surnom des franciscains), montrant le rattachement des capucins à leurs aînés franciscains.

Feuille paroissiale

Télécharger

 

 

Nous aider