Prières et dévotions à la Miséricorde…

■ Prière au Père des Miséricordes,

     récitée à Notre-Dame

  

  [d’après une prière de Jean-Paul II]

 

Dieu, Père miséricordieux,

par Ton Fils Jésus-Christ,

Tu as révélé Ton amour

et Tu l’as répandu sur nous

dans l’Esprit Saint Consolateur.

 

Nous Te confions aujourd’hui

le destin du monde et celui de

chaque homme,

et tout spécialement chacun

des habitants de notre paroisse.

 

Penche-Toi sur nos péchés,

guéris notre faiblesse,

sois vainqueur de tout mal.

 

Fais que chacun puisse faire

l’expérience de Ta Miséricorde,

afin qu’en Toi il trouve toujours

la source de l’espérance.

 

Père éternel,

par la douloureuse Passion

et la Résurrection de Ton Fils,

accorde-nous Ta Miséricorde,

ainsi qu’au monde entier !

 

Amen.

  L'heure de la de la Miséricorde

  

C’est en 1937 que le Seigneur demande à S. Faustine de prier l’Heure de la Miséricorde, et de faire ainsi mémoire de sa Passion. « À trois heures, implore ma miséricorde, tout particulièrement pour les pécheurs, et ne fût-ce que pour un bref instant, plonge-toi dans ma Passion, en particulier dans mon abandon au moment de mon agonie. C’est là l’heure de grande miséricorde pour le monde entier. Je te laisserai pénétrer ma mortelle tristesse ; en cette heure, je ne saurais rien refuser à l’âme qui me prie, par ma Passion » [PJ 1 320].

 

■ Principe

Jésus nous invite ainsi à nous unir à sa Passion, car célébrer l’Heure de la Miséricorde, c’est faire mémoire de l’offrande et de la mort du Sauveur, l’heure où la Miséricorde l’emporte sur la justice, l’heure du Salut.

A 15 heure, chacun est invité à se recueillir, selon ses possibilités et le lieu où il se trouve. Chacun peut alors se rappeler le don d’Amour du Seigneur sur la Croix : « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime »… On peut contempler la Croix, prier devant le Saint-Sacrement…

• Un temps d’écoute ou de lecture de la Parole de Dieu sera alors très profitable, tout spécialement à partir du récit de la Passion.

• Un temps d’intercession pour le monde, l’Église, les pauvres, les pécheurs, pour nous-mêmes…

• Prier avec les saints et les pasteurs de notre Église…

• Un temps de prière litanique : « Jésus, j’ai confiance en Toi »

 

■ Propositions pour l’Heure de la Miséricorde

• Passages de l’Écriture :

- La Passion et la mort de Jésus : Jn 19, 28-37 ; Mt 27, 32-50

- La foi de Thomas : Jn 20, 24-29

- Les disciples d’Emmaüs : Lc 24, 13-55

- Le Magnificat : Lc 1, 46-55

- La parabole de l’enfant prodigue : 15, 11-32

 

• Intentions de prière :

Pour la conversion des pécheurs, pour ceux qui ne connaissent pas Dieu, pour ceux qui le refusent sciemment, pour notre propre conversion, pour que nous apprenions à offrir toujours plus, pour ceux qui vont mourir, pour ceux qui souffrent, ceux qui désespèrent…

 

• Citations :

- De pape Jean-Paul II : « Le Seigneur ressuscité offre en don à l’humanité, qui semble parfois égarée et dominée par le pouvoir du mal, par l’égoïsme et par la peur, son amour qui pardonne, qui réconcilie et ouvre à nouveau l’âme à l’espérance. C’est l’amour qui convertit les cœurs et qui donne la paix. Combien le monde a besoin de compréhension et d’accueillir la Divine Miséricorde ! Seigneur, Toi qui par ta mort et ta résurrection révèles l’amour du Père, nous croyons en Toi et nous te répétons aujourd’hui avec confiance : Jésus, j’ai confiance en Toi, aie pitié de nous et du monde entier. » [3 avril 2005]. « Sur tous les continents, du plus profond de la souffrance humaine, semble s'élever l’invocation de la miséricorde. Là où dominent la haine et la soif de vengeance, là où la guerre sème la douleur et la mort des innocents, la grâce de la miséricorde est nécessaire pour apaiser les esprits et les cœurs, et faire jaillir la paix. Là où manque le respect pour la vie et pour la dignité de l’homme, l’amour miséricordieux de Dieu est nécessaire, car à sa lumière se manifeste la valeur inestimable de chaque être humain. La miséricorde est nécessaire pour faire en sorte que chaque injustice du monde trouve son terme dans la splendeur de la vérité. » [Lagiewniki 2003].

- Du pape Benoît XVI : « Lors de sa rencontre avec Jésus, était clairement apparue à Paul la signification centrale de la Croix : il avait compris que Jésus était mort et était ressuscité pour tous et pour lui-même. Les deux choses étaient importantes ; l’universalité : Jésus est mort réellement pour tous, et la subjectivité : Il est mort également pour moi. Dans la Croix s’était donc manifesté l’amour gratuit et miséricordieux de Dieu. C’est tout d’abord en lui-même que Paul fit l’expérience de cet amour (Cf. Ga 2, 20), et de pécheur il devint croyant, de persécuteur apôtre » [octobre 2006].

- De sainte Thérèse de Lisieux : « Ce qui plaît au Bon Dieu, c’est de me voir aimer ma faiblesse et ma pauvreté. C’est l’espérance aveugle que j’ai en sa Miséricorde […] Voilà mon seul trésor. Pourquoi ce trésor ne serait-il pas le vôtre ? »

- De Mère Térésa : « Je me tiens à la porte de ton cœur, jour et nuit. Même quand tu ne m’écoutes pas, même quand tu doutes que ce puisse être moi, c’est moi qui suis là. J’attends le moindre petit signe de réponse de ta part, le plus léger murmure d’invitation, qui me permettra d’entrer en toi. Je veux que tu saches que chaque fois que tu m’inviteras, je vais réellement venir. Je serai toujours là, sans faute. Silencieux et invisible, je viens, mais avec l’infini pouvoir de mon amour. Je viens, apportant tous les dons de l’Esprit Saint. Je viens avec ma miséricorde, avec mon désir de te pardonner, de te guérir, avec tout l’amour que j’ai pour toi ; un amour au-delà de toute compréhension, un amour où chaque battement du cœur est celui que j’ai reçu du Père même.[…] Rien de ta vie n’est sans importance à mes yeux. Je t’ai suivi à travers toutes ces années et je t’ai toujours aimé, même lorsque tu étais sur des chemins de traverse. Je connais chacun de tes problèmes. Je connais tes besoins et tes soucis. Oui, je connais tous tes péchés, mais je te le redis une fois encore : je t’aime, non pas pour ce que tu as fait et non pas pour ce que tu n’as pas fait. Je t’aime pour toi-même, pour la beauté et la dignité que mon Père t'a données en te créant à son image et à sa ressemblance. C’est une dignité que tu as peut-être souvent oubliée, une beauté que tu as souvent ternie par le péché, mais je t’aime tel que tu es. » [Testament spirituel].

 

 

  Le Chapelet de la Miséricorde

  

Les 13 et 14 septembre 1935, le Seigneur Jésus enseigna à Sœur Faustine une nouvelle prière, pouvant être dite sur un chapelet habituel, le Chapelet de la Miséricorde. Cette prière pour implorer la Miséricorde, fait mémoire du Sacrifice du Christ et nous invite à réparer les outrages et les indifférences dont le Seigneur est offensé, les nôtres et ceux du monde entier. Nous consolons son Cœur, comme Jésus le proposait déjà à sainte Marguerite-Marie. Simple et facile à réciter, cette prière d’intercession convient aussi aux enfants et à toute personne en difficulté.

« Oh! quelles grandes grâces j’accorderai aux âmes qui diront ce chapelet… » [Petit Journal 848] - « Par ce chapelet tu obtiendras tout, si ce que tu demandes est conforme à Ma volonté » 
[Petit Journal 731] - « Récite constamment le chapelet que Je t’ai enseigné. Quiconque le dira accédera à une grande miséricorde à l’heure de sa mort » [Petit Journal 687].

 

Comment réciter le chapelet de la Miséricorde ?

 

• Au début : Notre Père… ; Je vous salue, Marie… ; Je crois en Dieu

Sur les gros grains du Notre Père (1 fois) :”Père Éternel, je t’offre le Corps et le Sang, l’Âme et la Divinité de Ton Fils bien-aimé, Notre-Seigneur Jésus-Christ, en réparation de nos péchés et de ceux du monde entier”.

 

• Sur les petits grains du Je vous salue, Marie (10 fois) :“Par Sa douloureuse Passion, sois miséricordieux pour nous et pour le monde entier”.

 

• À la fin (3 fois) : “Dieu Saint, Dieu Fort, Dieu Éternel, aie pitié de nous et du monde entier” [PJ 476].

 

Feuille paroissiale

Télécharger

 

 

Nous aider