Fondements de la Miséricorde…

La Miséricorde dans le Nouveau Testament

 

• Jésus y apparaît comme l’incarnation de la Miséricorde.

• Jésus guérit, il a pitié parce que les foules sont fatiguées. Il a pitié dans le sens où son cœur, ses entrailles “débordent” : « Jésus parcourait toutes les villes et les villages, enseignant dans leurs synagogues, proclamant le Bonne Nouvelle du Royaume et guérissant toute maladie et toute infirmité… » [Mt 9, 35].

• Jésus nourrit les foules par sa parole, le pain multiplié, son Corps livré, sa charité qui transfigure, l’espérance qu’Il transmet, le sens qu’il permet de découvrir…

Jésus nous sauve du péché et du mal par sa mort et sa résurrection ; il est l’unique Sauveur du monde. Sa venue parmi nous illumine la nuit du péché en redonnant l’espérance de la Vie. « Aie confiance, mon enfant, tes péchés sont remis ! » [Mt 9, 22].

• On trouve de nombreuses paraboles dites de la miséricorde : paraboles du bon Samaritain, de l’enfant prodigue, du bon Pasteur…

 

- Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde [Mt 5, 7].

- C’est la miséricorde que je veux, et non le sacrifice [Mt 9, 13].

- Sa miséricorde s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent. [Lc, 1, 50].

- Dieu n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour juger le monde mais pour que le monde soit sauvé [Jn 3, 17].

- Dieu est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés […] c’est bien par grâce que vous êtes sauvés [Ep 2, 4-5].

- Gardez-vous dans la charité de Dieu, prêts à recevoir la miséricorde de notre Seigneur Jésus Christ pour la vie éternelle [Jude 21].

 

La Miséricorde dans l'Ancien Testament

 

Deux mots hébreux donnent les deux grandes significations du mot Miséricorde :

- [“hesed”] souligne la bonté, la bienveillance, la fidélité. C’est vrai d’abord pour le Seigneur, et signifie un amour plus grand que le mal, plus grand que le péché. La tradition chrétienne a rattaché la question du pardon à cette première signification, celle du rétablissement dans l’alliance et la dignité.

- [“rahamim”] est un amour totalement gratuit comme une nécessité intérieure. Est-ce que Dieu peut oublier ? La tradition a rattaché à ce second point la notion de salut et la promptitude à pardonner.

• Dans l’Exode, nous trouvons la révélation centrale d’un Dieu miséricordieux, révélation suprême de Dieu qui invite à se tourner vers lui pour implorer le pardon « Dieu de tendresse et de pitié, lent à la colère, plein de miséricorde et de fidélité » [Ex 34, 6].

• Chez les prophètes, la miséricorde est une puissance particulière de l’amour qui est plus fort que le péché et que l’infidélité « D’un Amour éternel, je t’ai aimé, aussi t’ai-je maintenu ma faveur » [Jr 31, 3].

• Chez Job, il fait appel au Seigneur pour faire miséricorde devant le mal physique et moral. (Job 1, 21-2, 10)

• Pour Isaïe (Is 63, 9) la miséricorde est liée à la confiance en Dieu.

 

- Le Seigneur est compatissant et miséricordieux, il remet les péchés et sauve au jour de la détresse [Ecclésiastique 2, 11].

- Le Seigneur est bon, éternel est son Amour, sa fidélité demeure d’âge en âge [Ps 100, 5].

- Allons ! Discutons ! dit le Seigneur. Quand vos péchés seraient comme l’écarlate, comme neige ils blanchiront ; quand ils seraient rouge comme la pourpre, comme laine ils deviendront [Is 1, 18].

- Que votre âme trouve sa joie dans la miséricorde du Seigneur, ne rougissez pas de le louer [Ecclésiastique 51, 29].

La Miséricorde, une règle de vie…

 

■ La miséricorde est plus qu’une prédication, elle est une règle de vie pour nous chrétiens, qui sommes assimilés au Christ. « Heureux les miséricordieux, ils obtiendront miséricorde » (Mt 5, 7).

Elle éclaire et guide notre vie chrétienne, souligne Benoît XVI : « La véritable religion consiste à entrer en harmonie avec ce Cœur “riche de miséricorde”, qui nous demande d’aimer chacun, même ceux qui sont éloignés et nos ennemis, à l’image du Père céleste qui respecte la liberté de chacun et attire tous les hommes à lui à travers la force invincible de sa fidélité. Telle est la voie que Jésus montre à ceux qui veulent être ses disciples : “Ne jugez pas… Ne condamnez pas… remettez et il vous sera remis ; donnez et l’on vous donnera… Montrez-vous compatissants, comme votre Père est compatissant” (Lc 6, 36-38) ». [30 mars 2008].

 Congrès de la Miséricorde

 

Il existe un site très complet sur les Congrès de la Miséricorde et sur la Miséricorde

 

http://www.congresmisericordefrance.catholique.fr

 

Il est animé par le Père Patrice Chocholski, prêtre de notre diocèse et secrétaire général des Congrès de la Miséricorde pour le monde entier.

Notre évêque, Mgr Pascal Roland, est un des évêques accompagnateurs de ces congrès.

 

Les œuvres de Miséricorde

 

Les œuvres de miséricorde sont des actions charitables par lesquelles nous venons en aide à notre prochain dans ses nécessités corporelles et spirituelles [Catéchisme de l’Église Catholique n° 2 447] :

 

Œuvres de miséricorde corporelle

• Nourrir les affamés

• Donner à boire aux assoiffés

• Vêtir ceux qui sont nus

• Accueillir l’étranger

• Libérer les prisonniers

• Visiter les malades

• Ensevelir les morts

 

Œuvres de miséricorde spirituelle

• Exhorter les pécheurs

• Instruire ceux qui le désirent

• Conseiller ceux qui doutent

• Consoler les affligés

• Supporter les importuns

• Pardonner volontiers

• Prier pour les vivants et les morts

 La Miséricorde ?

 

La Miséricorde, c’est l’amour de Dieu, jailli de son cœur de Père, qui traverse l’histoire des hommes et nous rejoint chacun en particulier, nous qui sommes pauvres et pécheurs. L’Écriture nous révèle que Jésus est vraiment l’incarnation de la Miséricorde, il est la Miséricorde ; par l’offrande de sa Passion, par sa mort et sa résurrection, il nous manifeste l’immensité de son amour et nous sauve.

 

Benoît XVI en donne une définition synthétique : « La miséricorde est en réalité le noyau central du message évangélique, c’est le nom même de Dieu, le visage par lequel Il s’est révélé dans l’ancienne Alliance et pleinement en Jésus-Christ, incarnation de l’Amour créateur et rédempteur. Cet amour de miséricorde illumine également le visage de l’Église et se manifeste aussi bien à travers les sacrements, en particulier celui de la réconciliation, qu’à travers les œuvres de charité, communautaires et individuelles »
[30 mars 2008].

Feuille paroissiale

Télécharger

 

 

Nous aider